• BA Info

Ransomware : les victimes payent de plus en plus la rançon

Mis à jour : 5 oct. 2020

Alors que le nombre d’attaques de type ransomware continue d’augmenter, de plus en plus d’organisations choisissent de payer les criminels pour rétablir leur réseau. Ce qui n’augure rien de bon pour le futur…


Le nombre d’organisations qui cèdent aux tentatives d’extorsion de la part de cybercriminels a plus que doublé cette année. Cette augmentation significative du nombre de victimes choisissant de payer la rançon, afin de récupérer l’accès à leur réseau bloqué par un malware ayant chiffré les données, est confirmée par les chiffres de l’enquête 2019 CrowdStrike Global; Security Attitude Survey, publiée récemment. On y remarque que le nombre total d’organisations dans le monde payant la rançon après avoir été victime de ce type d’attaque est passé de 14 à 39 %. Alors que les entreprises de cybersécurité et les forces de l’ordre recommandent aux victimes de ne pas céder et ainsi contribuer au financement de ces activités criminelles, dans certains cas les organisations choisissent cette option qui leur apparaît comme le moyen le plus rapide et le plus facile de restaurer leur réseau. Le problème est que plus les victimes acceptent de payer les rançons - qui atteignent régulièrement des montants à six chiffres - plus les cybercriminels ont la volonté de continuer leurs attaques, et même de les étendre, d’autant plus que la probabilité d’être pris reste plutôt basse

Comment éviter ça ?

Malgré le succès des ransomware - certains ont même compromis l’infrastructure d’organisation