Le plan de remédiation : un moyen efficace pour limiter les failles informatiques

Dernière mise à jour : 8 mars



De quoi parle-t-on par vulnérabilité informatique ?


Il s’agit tout simplement d’une faille de sécurité située sur un ou plusieurs équipements du système d’information de l’entreprise. Cette vulnérabilité constitue une véritable porte d’entrée pour les hackers leur permettant de s’introduire sur le réseau et de porter atteinte au bon fonctionnement du SI.


Aujourd’hui, toutes les entreprises sont constamment menacées par ces failles de sécurité. Qu’il s’agisse d’une très grande entreprise ou d’une toute petite, aucune d’entre elles ne peuvent être épargnées.




D’où proviennent les vulnérabilités informatiques ?


Les vulnérabilités informatiques peuvent avoir des origines différentes. Tout d’abord, elles peuvent provenir d’une faiblesse ou négligence dans la conception d’un logiciel ou site internet liés à des erreurs de programmation. Ensuite, ces vulnérabilités peuvent provenir d’une absence de mises à jour régulières. En effet, ces mises à jour sont indispensables puisqu’elles comportent des patchs de sécurité qui permettent de corriger les failles et les bugs. Enfin, les logiciels obsolètes subissent très souvent des failles de sécurité. Lorsqu’un logiciel est trop ancien, elles ne sont plus corrigées par les éditeurs et sont donc facilement exploitées par les cybercriminels.


Comprenez ainsi qu’il est indispensable de prêter attention à ces aspects pour garantir une bonne santé de son système informatique.


Par exemple, en décembre dernier, une faille informatique Log4Shell avait été découverte dans la bibliothèque de journalisation Apache Log4j. Tous les sites Internet, applications et les équipements utilisant Java ont donc été massivement concernés. Pour corriger cette faille, des mises à jour étaient nécessaires.


En savoir plus : https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6881530087699685376


Pour accéder à ces failles, les hackers utilisent différentes techniques basées sur la manipulation et/ou profitent d’une mauvaise pratique informatique d’un tiers. Les techniques les plus répandues étant le phishing et le ransomware.


Le manque de vigilance et de connaissance d’un utilisateur est souvent la clé pour leur donner accès aux diverses failles du système d’information. Une fois atteintes, les pirates informatiques les exploitent, ce qui peut par la suite engendrer des graves conséquences pour l’entreprise.




Que risque l’entreprise avec une faille informatique ?


L’exploitation d’une faille permet aux hackers de s’introduire sur le réseau et d’y semer la pagaille. Ils peuvent voler des données ou en bloquer l’accès en exigeant le paiement d’une rançon. Ils peuvent également espionner les activités de l’entreprise et/ou provoquer le dysfonctionnement des services informatiques.


De ces conséquences découlent quatre grands risques :


  • Les risques sur la disponibilité des services : les failles informatiques peuvent rendre certains sites et messageries indisponibles.


  • Les risques sur la pérennité des données : ici, l’arrêt de l’activité est en jeu, puisque l’entreprise peut perdre des données internes de gestion. Les conséquences de ces risques peuvent parfois être dramatiques, car les difficultés de reprise peuvent aller jusqu’à la cessation d’activité : c’est le cas pour 35% des cas de sinistre total sur le système d’information.


  • Les risques financiers : un incident informatique est très coûteux pour l’entreprise. Le montant varie en fonction de la taille de l’entreprise et des impacts causés par l’attaque. L’assureur Hiscox évalue le coût moyen d’une cyberattaque à 51 200€.


  • Les risques d’image : en effet, une entreprise qui subit une cyberattaque peut rapidement faire perdre la confiance des clients par peur que leurs données personnelles soient exploitées.




Gérer les vulnérabilités par la remédiation informatique


Avant toute chose revenons sur le concept de la remédiation. Il s’agit de la correction d’une ou plusieurs vulnérabilités ou à défaut, la mise en place de moyens pour en bloquer l’exploitation. L’objectif étant d’éviter que cette faille soit utiliser par un cybercriminel pour mettre en péril l’activité de l’entreprise.

Pour que ces mesures soient efficaces, il faut mettre en place différentes étapes.


Quelles sont les différentes étapes du plan de remédiation ?


1) L’isolation : le premier réflexe à avoir est en effet d’isoler l’ensemble des équipements infectés pour éviter que l’attaque ne se propage.


2) La relève d’informations : cela passe notamment par des tests et des analyses, mais consiste aussi à réaliser des recherches sur l’attaque en elle-même.


3) Hiérarchiser les risques et segmenter le réseau : vous pouvez ici filtrer le protocole infecté à partir du trafic réseau. C’est une décision d’évaluation des risques.


4) Remédier et bloquer les risques : c’est ici que des contre-mesures doivent être mises en place, en appliquant un correctif sur les éléments de sécurité réseau et système antiviral.


5) Mettre en place un dispositif de surveillance continue des nouvelles formes de vulnérabilités émergentes : il est important de garder une vigilance maximale sur les potentiels prochains événements.


Le plan de remédiation doit être correctement appliqué, et les entreprises font souvent l’erreur de l’exercer partiellement, voire pas du tout. Les risques latents ne sont donc pas entièrement corrigés.





Besoin d’être accompagné par l’expertise de BA INFO ?


Nous mettons toutes nos compétences en œuvre pour vous protéger des attaques informatiques !


BA INFO est en mesure de pouvoir vous accompagner !


Nous faisons désormais partie des professionnels référencés par cybermalveillance.gouv.


 

171 vues0 commentaire